Wed, 07 Mar 2012 09:00:00 +0100

La Grèce fait à nouveau plonger les marchés

 

Marchés Actions: Hier soir, les indices boursiers américains ont clôturé en baisse : le Nasdaq Composite a perdu 1,36%, le Dow Jones a reculé de 1,57% et le S&P500 a perdu 1,54%. Hier, l'opération d'échange des obligations grecques n'a pas été une franche réussite dans le sens où seulement une petite partie du secteur privé y a participé. En effet, les créanciers privés devraient perdre 75% de leur investissement initial avec cette restructuration. Le ministre des finances grec a d'ailleurs annoncé qu'il était prêt à appliquer la CAC, une loi qui poussera les créanciers à participer, si jamais le taux de participation restait faible.  Le succès de cette opération est capital pour la Grèce puisque le pays ne recevra les 130 milliards d'aides de l'Union Européenne seulement si sa dette est correctement restructurée. Plus que les mauvaises nouvelles, les marchés détestent encore plus l'incertitude.


Côté asiatique, les marchés ont fermé dans le rouge pour le troisième jour consécutif à cause du peu de succès du swap des obligations grecques. Les marchés sont en train d'effectuer une correction rapide après le fort rallye haussier de début d'année, estimant que la Grèce ne parviendra pas à convaincre suffisamment d'investisseurs de participer. Ces dernières variations montrent que les marchés sont encore très sensibles aux nouvelles en provenance de l'Europe et le resteront tant que le 20 mars, date à laquelle la Grèce doit rembourser une partie de ses dettes, ne sera pas passé. Par ailleurs, la croissance économique en Australie est ressortie moins importante que prévue. Alors que les analystes estimaient que la croissance atteindrait 0,8% pour le quatrième trimestre, celle-ci s'est affichée à 0,4%, à cause d'un ralentissement de son secteur immobilier. Ainsi, le Nikkei225 a perdu 0,64% et le Hang Seng a reculé de 0,92%.


Côté européen, les places boursières devraient ouvrir en baisse dans le sillage de l'Asie et des Etats-Unis : ce matin, le contrat future du CAC 40 perdait 0,04% et celui du DAX 30 chutait de 0,24%. Les marchés feront preuve de prudence au fur et à mesure que l'opération de swap se déroulera. Les principales grandes banques européennes (Société Générale, UniCrédit,…) ont annoncé qu'elles participeraient à l'offre de la Grèce. Par ailleurs, le ralentissement de la croissance économique en Europe cause également des troubles. Le chiffre montre que le secteur bancaire européen a renforcé son capital, menant à un manque de crédit et à un ralentissement économique qui pèsera sur le monde entier.


Forex: Sur le marché des devises, la monnaie unique marque une pause face au billet vert après sa chute de la veille. Ce matin, un euro se négocie pour 1,3140 dollar contre 1,3240 hier. Plusieurs éléments viennent en effet ébranler la confiance des investisseurs quant à une possible relance économique. Malgré les récentes avancées en Grèce, la problématique reste entière et continue de menacer l'ensemble de la zone euro alors que certains pays majeurs de la zone montrent des signes de fragilité inquiétants. L'Espagne, quatrième puissance économique de la zone euro, a en effet affirmé ne pas être en mesure de répondre à ses objectifs de réduction de son déficit public. Outre le fait qu'une telle situation atteste de l'incapacité du gouvernement espagnol à tenir ses engagements dans un environnement économique aussi instable, cela souligne également que la route reste encore longue pour sortir la zone euro de la crise et que les différents pactes de discipline budgétaire mis en place par les dirigeants européens risquent de s'avérer insuffisants. Cependant le temps presse et il apparait crucial de proposer au plus vite des mesures significatives pour redynamiser la croissance. D'après les dernières estimations le PIB des dix-sept pays a enregistré un recul de 0,3% au cours du dernier trimestre de l'année 2011 tandis que les chiffres en provenance des pays moteurs de la croissance mondiale ressortent également bien moroses. Après la Chine qui a annoncé dernièrement une croissance revue à 7,5% cette année, c'est au tour du Brésil qui a publié une croissance de 2,7% au cours de l'année dernière, tandis que l'Australie affiche une croissance presque nulle sur la même période à +0,4%. Face à la monnaie japonaise, la monnaie des dix-sept s'échange proche de la barre des 106 yens et contre la devise britannique, un euro se traite pour 0,8349£. Les cambistes se montrent prudents alors que sera dévoilé demain la politique monétaire de la Banque centrale européenne et le taux de participation des créanciers privés à la dette grecque. Outre-Atlantique, les investisseurs attendent cette semaine les chiffres du marché de l'emploi américain qui seront dévoilés en fin de semaine. Ce matin, le billet vert se négocie pour 70,76 yens face à la devise nippone et atteint 1,5726 dollar contre la livre sterling.


Matières premières: Au chapitre des matières premières, le pétrole perd, petit à petit, du terrain. Tout d'abord, l'actualité sur l'Iran a une nouvelle fois influencé la tendance. En effet, l'or noir a chuté après que l'Union Européenne ait ouvert la porte à une reprise des négociations avec l'Iran. La perspective d'assister à un retour au dialogue entre les autorités iraniennes et les occidentaux éloigne le spectre d'une intervention militaire et fait baisser la tension sur les marchés. Le Président Obama a, pour sa part, confirmé l'ouverture de cette nouvelle fenêtre diplomatique. Par ailleurs, sur le terrain économique, la situation de l'Europe reste une forte source d'inquiétude. Hier, le PIB est ressorti en baisse de 0,3% et les inquiétudes sont grandes au sujet du plan d'échange de la dette grecque (PSI). Face aux difficultés de l'Europe et surtout au retour du spectre d'un défaut de la Grèce, les marchés actions ont chuté et le dollar s'est renforcé entraînant les marchés pétroliers dans un mouvement négatif. Il y a le sentiment que les prix sont très élevés compte tenu du contexte économique morose. Néanmoins, le pétrole parvient à limiter ses pertes. Les investisseurs anticipent d'une part, une baisse des stocks de brut et d'autre part, un bon rapport sur l'emploi américain vendredi. Dans ce contexte, sur le Nymex, le baril Light Sweet Crude évolue autour des 105,2 dollars. De son côté, le Brent de la Mer du Nord s'échange, ce matin, contre 122,5 dollars.
Sur le front des métaux précieux, l'or ne parvient pas à inverser la tendance. Le métal jaune reste dans une dynamique baissière. Le renforcement du dollar face au retour des craintes sur la Grèce pénalise l'or. L'once d'or évolue en-dessous de sa moyenne mobile à 200 jours (1 678$): une cassure nette de ce niveau constituerait un signal baissier important. Ce matin, l'or évoluait autour des 1 673 dollars l'once.

Annonces du jour:

Heure Pays Statistiques/événements
Indicateur Période Prévision Précédent Pertinence
MERCREDI 7 MARS 2012
07h45 Taux de chômage Fév. 3.4% 3.4% 5
12h00 Commandes d'entrepr. GM cvs Jan. 0.6% 1.7% 4
13h00 MBA Demandes de prêts hypo. 2 Mars -- -0.3% 4
14h15 ADP Var. de l'emploi Fév. 200k 170k 5
14h30 Permis de construire GM Jan. -- 11.1% 4
14h30 Productivité hors agriculture Q4 0.8% 0.7% 3
Degré de pertinence pour les marchés :
5 Très forte 4 Forte/Moyenne à Forte 3 Moyenne