Thu, 23 Feb 2012 09:00:00 +0100

L'or de nouveau bien orienté

 

Marchés Actions: Hier soir, les indices boursiers américains ont clôturé en baisse : le Nasdaq Composite a lâché 0,52%, le Dow Jones Industrial a perdu 0,21% et le S&P500 a reculé de 0,33%. Le marché de l'immobilier s'est contracté en janvier aux Etats-Unis. En effet, les ventes de logements existants sont ressorties à 4,57M contre 4,66M d'attendu par les analystes. Par ailleurs, l'Europe et sa macro-économie décevante ont alimenté le pessimisme des investisseurs. Ces derniers ont donc préféré la prudence.
Coté asiatique, les places boursières ont achevé la séance en ordre dispersé : le Nikkei 225 a gagné 0,44% tandis que le Hang Seng a reculé de 0,66%. En Chine, les marchés ont chuté sur spéculation que le premier ministre chinois vise une croissance économique plus faible cette année. Les investisseurs constatent toujours des prises de profits sur les marchés après les fortes hausses des jours précédents et attendent de voir quels seront les prochains catalyseurs. Pour l'instant, les marchés ont du mal à croire qu'il y aura une reprise directe de l'économie sans un nouvel obstacle à franchir. Les politiques d'austérité de l'Europe seront probablement un poids pour la croissance mondiale.
Enfin côté européen, les indices boursiers devraient ouvrir proche de l'équilibre : ce matin le contrat future du CAC40 gagne 0,01% et celui du DAX30 avance de 0,06%. Les investisseurs continueront de regarder attentivement la situation économique de l'Europe et surtout de l'Allemagne. Aujourd'hui, le sondage Zew devrait leur permettre d'estimer l'optimisme des entreprises dans l'économie de la zone euro. Hier, le repli des indices PMI dans les pays majeurs de l'Union Européenne, couplé à une dégradation de la note de la Grèce ont pesé sur les indices. En effet, l'agence de notation Fitch a abaissé la note de la Grèce de CCC à C, la faisant passer dans la catégorie des dettes hautement spéculatives.

Forex: Sur le marché des devises, les cours de la monnaie unique se stabilisent après la hausse de ces derniers jours, soutenus par l'annonce du plan de sauvetage de la Grèce. Malgré les avancées significatives sur le dossier hellénique, un certain scepticisme persiste sur les marchés quant à la capacité de la Grèce à surmonter ses difficultés économiques dans les prochaines années. L'abaissement d'un cran de la note à long terme de la Grèce hier par l'agence de notation Fitch Ratings de CCC à C atteste de cette instabilité. Dans ce contexte, la monnaie des dix-sept se négocie pour 1,3281 dollar face au billet vert tandis que contre la devise britannique, l'euro s'échange pour 0,8460£. Les marchés attendent également la publication de nombreux résultats d'entreprises qui joueront comme baromètre pour l'économie européenne. La monnaie japonaise pour sa part garde une tendance baissière face à ses principales contreparties à la suite des décisions de la Banque du Japon (BoJ) d'assouplir sa politique monétaire couplées avec le plan d'aide annoncé à la Grèce. Une bonne chose pour le Japon pénalisé depuis plusieurs mois par un yen fort. Ainsi, le billet vert se traite à des plus hauts de 6 mois face à la devise japonaise au-dessus de la barre des 80 yens. De son coté, un euro se traite pour 106,36 yens. Aujourd'hui les cambistes seront attentifs aux chiffres des inscriptions chômage aux Etats-Unis. Contre la devise britannique, le dollar américain s'échange ce matin pour 1,5687 dollar.

Matières premières: Au chapitre des matières premières, le pétrole reste ancré à ses plus hauts de neuf mois. La situation en Iran reste le catalyseur majeur sur les marchés. Dernière évènement en date : le refus de l'Iran de faire visiter certaines de ses installations nucléaires à une délégation de l'AIEA. Les tensions entre l'Iran et l'Occident ne s'apaisent pas. Ce nouvel épisode témoigne des difficultés des négociations et contribue à isoler davantage l'Iran. Cependant, la hausse des cours a été ralentie par plusieurs facteurs. Tout d'abord, l'American petroleum institute a fait état d'une nouvelle hausse des stocks rappelant ainsi que la demande reste une zone d'ombre. Par ailleurs, l'activité manufacturière chinoise s'est contractée en février. Enfin, malgré l'accord trouvé entre la Grèce et ses créanciers, les investisseurs ne se montrent pas totalement rassurés. Le Gouverneur de la Banque d'Angleterre, Charlie Bean, a déclaré hier que cet accord ne suffisait pas à endiguer la crise que traverse l'Europe et que de nouveaux efforts seraient nécessaires. Dans ce contexte, sur le Nymex, le baril Light Sweet Crude évolue autour des 106 dollars. De son côté, le Brent de la Mer du Nord s'échange, ce matin, contre 122,8 dollars.
Sur le front des métaux précieux, l'or poursuit son ascension. Le métal jaune, profite de l'injection de liquidités et des mesures d'assouplissement en Europe et aux Etats-Unis. Bien que ralentie dans sa hausse par les mauvais chiffres manufacturiers en Europe et en Chine, l'once d'or se traite autour des 1 775 dollars.

Annonces du jour: 

Heure Pays Statistiques/événements
Indicateur Période Prévision Précédent Pertinence
JEUDI 23 FéVRIER 2012
10h00 IFO - Climat dans les affaires Février 108.7 108.3 5
10h00 IFO - Estimation actuelle Février 116.7 116.3 5
14h30 Nouvelles demandes d'allocations-chômage 18 Février 5
16h00 Indice Prix Maisons (GM) Décembre 1.0% 4
Degré de pertinence pour les marchés :
5 Très forte 4 Forte/Moyenne à Forte 3 Moyenne