Fri, 16 Mar 2012 14:00:00 +0100

Les indices actions signent leur meilleure performance de début d'année depuis 1998

 

Marchés actions :


Cette semaine, les indices mondiaux ont poursuivi leur tendance haussière de la semaine précédente, profitant à la fois de la stabilisation de la crise de la dette européenne et de l'accélération de la reprise économique américaine. Les déclarations du premier ministre chinois ont également captivé les marchés, puisque ce dernier a tracé les premières lignes de la future politique monétaire de la deuxième puissance économique mondiale.

Alors que la Grèce s'éloigne de plus en plus d'un possible défaut souverain, les tensions s'amenuisent en Europe, sur le marché interbancaire et obligataire. En début de semaine, les ministres des finances de l'Union européenne se sont rencontrés afin d'approuver le plan de sauvetage de 130 milliards pour la Grèce, après que les créanciers privés aient accepté l'opération de swap de la semaine dernière. Du côté de la macro-économie, le Zew allemand (sur le sentiment économique) est ressorti à 22.3 points contre 5.4 points le mois précédent. La confiance des investisseurs remonte dans la zone euro. Plusieurs indices ont franchi des niveaux clés : le CAC40 est largement repassé au-dessus des 3500 points, le DAX30 au-dessus des 7 000 points et le Footsie celui des 6000 points. L'indice de référence de l'Europe, l'Eurostoxx 50, est revenu sur les niveaux de juillet 2011. Par ailleurs en France, l'inflation est ressortie plus faible que prévue pour le mois de Février, le ralentissement de l'économie surpassant la hausse du prix de l'énergie. Entre la hausse du prix du pétrole de 16% à Londres et le gouvernement français qui cherche plus de fonds via l'augmentation de la TVA, les prix sont susceptibles de continuer de grimper dans la seconde économie européenne. Par conséquent, cet ensemble d'informations a calmé les inquiétudes immédiates des marchés. Les plus gros « enjeux » de la zone sont passés et les risques d'effondrement s'éloignent, stimulant la progression des actions.


Pourtant, la crise de la dette est très loin d'être terminée sur le vieux continent. Si la Grèce a écarté un risque de défaut désorganisé en mars, les épreuves ne font que commencer. De fait, le chantier grec est colossal : la compétitivité de l'économie est au plus bas, la fiscalité est entièrement à revoir et la croissance est atone. En bref, des reformes structurelles profondes accompagnées d'une cure d'austérité inédite sont nécessaires, chose que les investisseurs imaginent difficilement tenable par le pays. Donc malgré les aides conséquentes de l'Union Européenne qui permettront au pays de temporiser jusqu'en 2020, il ne faut pas oublié que la sortie de crise de la Grèce est très loin d'être gagnée. Cependant, ce n'est pas l'unique pays concerné par la crise. L'Espagne, le Portugal, l'Italie et même l'Irlande, rencontrent des difficultés, même si ces dernières ne sont pas mises en avant.
En effet, l'Irlande ne parvient pas à doper sa croissance, malgré les progrès que le pays a fait sur son budget. Le risque de récession est sérieux et si la demande intérieure n'augmente pas, le maintien de la politique budgétaire risque d'être compromis. Les moyens pour parvenir à la croissance ne sont pas nombreux et difficiles à mettre en place. Premièrement, l'Etat pourrait soutenir la croissance en augmentant ses dépenses et accroitre le crédit bancaire. Deuxièmement, la dette irlandaise pourrait être rééchelonnée comme en Grèce, donnant au pays un second souffle.  Ces options, bien qu'envisageables, ne sont pas à l'ordre du jour.


En Italie, la dette publique a atteint des niveaux record et le pays est passé en récession. La dette a atteint 1 935,8 milliards d'euros, pour plusieurs raisons, dont la participation au FESF et la hausse des taux d'intérêts en 2011 tandis que la croissance du PIB a chuté de 0,7% au mois de février.
L'Espagne ne parvient à maintenir une politique de rigueur efficace et atteindre ses objectifs en termes de déficit. Ceux-ci sont bien plus importants que ce qu'avait promis le gouvernement. Par conséquent, les taux obligataires à 10 ans du pays ont bondi, dépassant ceux de l'Italie. La commission européenne a menacé d'infliger des sanctions budgétaires au pays si les dérapages sur son budget n'étaient pas rapidement corrigés. Aujourd'hui, la zone euro ne peut plus se permettre des attaques spéculatives sur ses dettes, comme l'a connu la Grèce et surtout pas pour un pays de la taille de l'Espagne.


Enfin, même le Royaume-Uni montre des signes de faiblesses : les nouvelles demandes d'allocations-chômage ont bondi à la surprise des analystes. Ces dernières ont atteint 7.2k au mois de février contre 5.0k d'attendu. La dette du pays est même menacée : elle a perdu sa perspective stable, signifiant une possible dégradation du triple A dans les mois à venir. Malgré ces points noirs, les marchés européens affichent de belles performances hebdomadaires : le CAC40 avance de 2,71%, le Footsie100 de 1,29%, le DAX30 de 3,92% et l'EuroStoxx50 de 3,29%.


Outre-Atlantique, Wall Street a accéléré sa progression après que JP Morgan ait déclaré qu'elle verserait à nouveau des dividendes. Comme en Europe, les indices américains ont atteint des niveaux clés. Par exemple, le Nasdaq  a dépassé le seuil des 3 000 points, ce qui n'était plus arrivé depuis l'éclatement de la bulle internet en 2001. Ben Bernanke s'est voulu rassurant lors des minutes du FOMC. Le marché de l'emploi et la confiance des consommateurs continuent de se redresser tandis que le secteur tertiaire poursuit sa croissance. La FED n'évoque plus de ralentissement économique mondial, mettant en avant une vraie progression du côté de l'Europe. Les banques américaines ont aussi réussi avec brio les stress tests de la FED. Sur dix-neuf banques, quatre n'ont pas validé les tests. Citibank, un des poids lourds américain, fait partie de ces dernières. Sur le front des statistiques macro-économiques américaines, les grands secteurs de l'économie confirment une accélération de la reprise : le marché de l'emploi poursuit sur sa lancée avec des nouvelles demandes d'allocations-chômage qui ont à nouveau atteint leur plus bas en quatre ans à 251 000 nouvelles demandes. Le secteur manufacturier est aussi en expansion : l'Empire Manufacturing ressort à 20,21 points contre 19,53 points le mois dernier. Enfin les ventes au détail ont cru plus vite que les estimations des analystes, en gagnant 0,9% au mois de février. Ainsi en variation hebdomadaire, le S&P500 progresse de 2,69%, le Dow Jones de 2,67% et le Nasdaq Composite de 2,89%.


Enfin en Asie, les places boursières affichent également de belles progressions. Le Nikkei225 a néanmoins de meilleures performances que le Hang Seng, en partie à cause des déclarations de la Chine. Cette dernière a déçu les marchés car ses exportations ont ralenti plus fortement que prévu en février : les exportations ont progressé de 18,4% et les importations de 39,6%. La Chine fait état de son plus mauvais déficit commercial en 10 ans, mettant en exergue le ralentissement de la croissance en Asie. Pour l'instant, les investisseurs s'attendent à ce que le gouvernement assouplisse sa politique monétaire afin de stimuler l'économie du pays en diminuant davantage les ratios de réserves obligatoires. Le premier ministre chinois Wen Jiabao a aussi prétendu que les prix dans le secteur étaient loin d'être raisonnables et pourraient causer le chaos dans le marché. Ces déclarations ont effrayé les investisseurs et affaibli les performances des indices chinois.


Au Japon, la Bank of Japan a décidé mardi de ne pas amplifier son programme de rachat d'actifs mais de le maintenir intact. Quelques jours auparavant, la « croissance » du pays était ressortie bien meilleure qu'attendue en s'affichant à -0,7% au lieu de 2,9% rendant tout renforcement du quantitative easing inutile. La Banque Centrale avait surpris les investisseurs lorsque le 14 février, elle avait décidé d'accélérer son programme. L'annonce a provoqué une revalorisation du Yen qui a largement profité aux valeurs exportatrices du Nikkei. Sur la semaine, l'indice de référence japonais a progressé de 2,21%.


Forex :


Sur le marché des devises, l'évolution de la paire EUR/USD reste paradoxale par rapport à l'évolution des indices boursiers. Alors que l'appétit pour le risque entraîne les marchés actions de plus en plus haut, l'euro, devise pourtant réputée rémunératrice, ne suit pas le même mouvement,.
En zone euro, l'actualité autour du dossier grec se dissipe petit à petit et montre des signes contradictoires. L'annonce de l'agence de notation Fitch de relever la note souveraine de la Grèce de B- contre la note « défaut sélectif » est un signe positif montrant que l'échange de dette se passe dans des conditions saines. D'autre part, le plan d'aide de 130 milliards d'euros a été officiellement approuvé par l'Eurogroupe, ce qui devrait éviter le défaut de paiement d'Athènes le 20 mars prochain. Autre élément positif, la détente des taux à 10 ans italiens qui sont passés à des niveaux inférieurs à ceux des taux à 10 ans espagnols. En effet, les taux italiens à 10 ans sont passés sous la barre des 5% à 4,83% contre 7% il y a deux mois, ce qui permet au trésor italien d'emprunter à des rendements en nette baisse. De plus, la hausse du Bund 10 ans à 1,96% réduit littéralement les spreads avec les taux à 10 ans des pays en difficulté au sein de la zone euro. Par ailleurs, les taux grecs à 10 ans ont enregistré une chute spectaculaire des rendements passant de 36% à 18% cette semaine. Cependant, la monnaie unique n'est pas repartie à la hausse et certains éléments sont venus assombrir le tableau des bonnes nouvelles. En premier lieu, l'alerte des membres de la TROIKA sur les difficultés de la Grèce à retrouver le chemin de la croissance. Ensuite, la décision de Fitch de placer le triple A du Royaume-Uni sous perspective négative interpelle les marchés et montre la fragilité de l'Europe.


De son côté, outre-Atlantique, les bons indicateurs économiques ont profité au billet vert. La semaine dernière, les chiffres sur l'emploi ont été très satisfaisants avec 227 000 créations d'emplois, un chiffre supérieure à la moyenne pour le troisième mois consécutif. Depuis, plusieurs semaines, l'économie américaine donne des signes de reprise assez positifs. En effet, les ventes au détail ont connues leur plus forte hausse depuis 5 mois avec une hausse de 0,9% pour le mois de février. Par ailleurs, les nouvelles demandes d'allocations-chômage sont ressorties à un plus bas depuis 4 ans. La publication de l'indice de la FED de Philadelphie a été très bien accueillie puisque l'indice est ressorti à 12,5 contre 10,2 précédemment. La composante de l'emploi au sein de cet indice est ressortie en nette hausse à 6,8, ce qui confirme à nouveau la reprise progressive du marché de l'emploi. En outre, la FED a une nouvelle fois affiché son soutien à l'économie en montrant qu'elle était toujours prête à laisser ses taux inchangés jusqu'en 2014.  Dans ce contexte, le dollar a ainsi été plébiscité par les investisseurs au détriment de la monnaie unique.


L'EUR/USD perd 0,55% en rythme hebdomadaire et s'échange à 1,3079$. La devise des dix-sept se reprend légèrement en cette fin de semaine après avoir touché les 1,3002$ jeudi dernier. La monnaie unique se retrouve également en difficulté face à la livre sterling et se négocie autour des 0,8309£ contre 0,8409£ lundi matin. Sur le NYBOT, le Dollar Index gagne du terrain et cote 80,65 points contre 80,29 en début de semaine. Enfin, la devise nippone poursuit sa baisse face à ses principales contreparties dont l'euro et le dollar. Ainsi, la paire USD/JPY se traite autour des 83,85 yens contre 82,46 yens la semaine dernière et la paire EUR/JPY aux alentours des 109,60 yens contre 108,23 vendredi dernier.

Matières Premières :


Au chapitre des matières premières, le métal jaune chute de 3,69% en rythme hebdomadaire et se traite sous les 1 650$ à 1 646$ l'once. Même tendance pour l'argent-métal qui perd 5,51% sur la semaine à 32,34$ l'once. Les métaux précieux décrochent nettement à la suite du discours du président de la FED qui a annoncé poursuivre  sa politique « d'opération twist » jusqu'à fin juin. La hausse du billet vert entraîne mécaniquement la baisse sur le métal jaune. D'autre part, les difficultés économiques de la Chine et des pays émergeants, principaux acheteurs d'or au cours de l'année 2011 soutiennent de moins en moins le métal jaune.


De son côté, le pétrole a évolué en baisse. Les rumeurs quant à d'éventuelles discussions entre les États-Unis et le Royaume-Uni sur l'utilisation des réserves stratégiques de pétrole ont fait chuter le cours du brut ce jeudi. Cette action conjointe aurait pour objectif d'alimenter davantage le marché pour faire baisser les cours du brut alors que ces derniers représentent de plus en plus une sérieuse menace sur la reprise économique mondiale. Sur la semaine,  à New York, le Light Sweet Crude est en recul de 1,83% à 105,18% et à Londres, le Brent de la mer du Nord perd 1,99% à 123,12$ le baril.


Par ailleurs, les tensions géopolitiques persistent en Iran ce qui pourrait amener à une réduction des exportations de pétrole en provenance de Téhéran. Selon l'AIE, ces dernières pourraient être diminuées de plus d'un tiers à partir de juin prochain pour une chute estimée entre 0,8 et 1 million de barils par jour. Cette situation devrait à terme maintenir les cours du brut à des niveaux élevés sauf retournement de situation et déblocage exceptionnel des réserves stratégiques.

Annonces:

Heure Pays Statistiques/événements
Indicateur Période Prévision Précédent Pertinence
Lundi 19 mars 2012
10h00 BCE compte courant Eurozone Jan -- 16.3B 3
10h00 Commandes indus. cvs (GM) Jan - - 5.5% 3
13h30 Comm de gros (GM) Jan 0.6% 0.9% 4
15h00 NAHB Indice de l'immobilier Mar 30 29 3
Mardi 20 mars 2012
09h15 Production Industrielle (GT) Fev 6.0% -1.4% 3
10h30 IPC (GM) Fev 0.5% -0.5% 5
10h30 IPC de base (GA) Fev 2.4% 2.6% 5
13h30 Mises en chantier (GM) Fev 695k 699k 5
13h30 Permis de construire Fev 685k 682k 4
Mercredi 21 mars 2012
05h30 Indice Activité Indust. (GM) Jan -0.7% 1.3% 5
10h30 Bank Of England Minutes 4
10h30 Emprunts nets Secteur Public Fev -- -10.7B 3
12h00 MBA demandes de prêts hypo -- -2.4% 5
13h30 Indicateurs avancés (GM) Fev -- 0.7% 4
15h00 Ventes logements existants Fev 4.60M 4.57M 5
15h00 Ventes logements existants (GM) Fev 0.7% 4.3% 4
Jeudi 22 mars 2012
09h00 PMI Manufacturier / Services Mar 50.3 / 50.4 50.0 / 50.0 4
09h30 PMI Manufacturier / Services Mar 50.9 / 53.1 50.2 / 52.8 4
10h00 PMI Manufacturier / Services Mar 49.7 / 49.5 49.0 / 48.8 5
10h30 Ventes détail sauf carbu auto (GM) Fev -0.5% 1.2% 5
11h00 Nouvelles commandes indus.(GM) Jan -2.0% 3.5% 3
13h30 Comm détail hors auto (GM) Jan 0.5% 0.0% 4
13h30 Nv Demandes Alloc-chôm 17 Mar. -- 351k 5
15h00 Indice Prix Maisons (GM) Jan 0.2% 0.7% 4
15h00 Indicateurs avancés Fev 0.6% 0.4% 4
16h00 Confiance Conso Zone Euro Mar -19.9 -20.3 5
Vendredi 23 mars 2012
12h00 Indices Prix Conso (GM) Fev 0.4% 0.4% 4
15h00 Ventes logements neufs (GM) Fev 1.3% -0.9% 5
15h00 Ventes logements neufs Fev 325k 321k 5
Degré de pertinence pour les marchés :
5 Très forte 4 Forte/Moyenne à Forte 3 Moyenne