Le Momentum

Le Momentum

Les indicateurs de MOMENTUM servent à évaluer, au delà des mouvements des indices, la force ou l'élan d'une tendance. Ces indicateurs mesurent aussi le degré de participation (breadth) de l'ensemble des valeurs d'une bourse aux mouvements de l'indice. Le plus connu de ces indicateurs est l'Advance/Decline du New York Stock Exchange soit littéralement la ligne des Hausses/Baisses ou lignes des Avancés/Déclins. Cet indicateur est calculé pour l'ensemble des valeurs cotées à la Bourse de New York (plus de 1500 titres) en prenant, quotidiennement ou hebdomadairement, le nombre des valeurs qui ont augmenté pendant la période (advance), le nombre de valeurs qui ont baissé (decline) et en tirant le solde. Un suivi cumulatif de ce solde est pointé sur un graphique où apparaît aussi le parcours de l'indice. L'analyste cherchera confirmation d'un mouvement de l'indice par un mouvement de même direction sur l'A/D LINE. Une divergence entre les deux courbes sera interprétée comme un signe de faiblesse de la tendance en cours. Les deux graphiques suivants reprennent les courbes ADVANCE/DECLINE cumulatives en hebdomadaire (30 mois d'observation) et au quotidien (6 mois depuis Janvier 1986 jusqu'à Mai 1988) du NYSE.

Courant 1987 s'est développé un exemple type de divergence entre le parcours du Dow Jones et celui de l'A/D line. Vous remarquerez qu'en avril 1987 le Dow Jones et l'A/D line ont enregistré simultanément de nouveaux plus hauts, respectivement à 2400 points et 64593 points. Certes le Dow Jones repartira de l'avant pour atteindre un plus haut historique à 2720 en août 1987, mais l'A/D line ne pourra franchir son plus haut antérieur butant sur la barre de 64212 ... C'est un échec ou failure, illustrant une faiblesse latente du mouvement haussier qui n'apparaît pas sur l'étude simple du parcours de l'indice. Cette divergence très marquée lance un signal de danger impliquant de développer dès lors une action défensive de couverture pour quiconque détenait à l'époque des actions sur New York.

L'investisseur suivra essentiellement l'A/D line hebdomadaire, les observations quotidiennes n'auront d'intérêt que pour les traders (horizon d'investissement de quelques jours à quelques semaines) et les scalpers (horizon d'investissement qui peut être inférieur à la journée).

Sur le graphique suivant, il apparaît une divergence moins flagrante que sur le graphe hebdomadaire précédent. Au moment du signal de divergence, le Dow Jones s'échangeait autour de 2150, niveau qu'il ne cassera qu'en octobre. Une attitude prudente prise sur la foi de ce seul indicateur en juin 1988 (liquidation de vos positions) n'était pas absurde. En raisonnant a posteriori cela nous aurait permis d'éviter une correction de 6% sur le Dow Jones. Or, pour qui travaille les marchés à fort levier, une correction de 6% non anticipée peut être dramatique.

En dehors de l'étude des signes de divergence, les courbes d'A/D line, tout comme les courbes de sentiment, pourront être soumises à une analyse graphique (ou chartiste) classique utilisant les méthodes éprouvées des moyennes mobiles, supports et résistances, que nous vous présenterons un peu plus loin pour anticiper des retournements de tendance.

Un deuxième indicateur de momentum suit les séries de "nouveaux plus hauts, nouveaux plus bas". Chaque semaine, certains titres enregistrent leurs plus hauts ou plus bas annuels (sur les 12 derniers mois). Nous bâtirons une courbe qui cumulera la somme nette de ces deux chiffres. Si par exemple, sur une semaine quelconque vous avez 70 valeurs ayant enregistré un nouveau "plus haut" et 48 ayant enregistré un nouveau "plus bas", vous ajouterez au cumul antérieur leur différence soit 22.

Vous pourrez ainsi construire un graphique comparé identique à celui qui est présenté à la page suivante, lequel couvre en hebdomadaire la période de janvier 1986 à mai 1988.

Vous remarquerez que pendant toute la phase de hausse de l'indice jusqu'en août 1987), le différentiel haut-bas avait tendance à décroître. Vous en déduirez, une fois de plus, que le mouvement haussier des indices au premier semestre 1987 masquait une détérioration sensible de la tendance. Cette dégradation était révélée par cet indicateur de momentum. Ce dernier indicateur plus encore que le précédent, l'A/D Line, est un indicateur avancé se tournant ou lançant des signaux de danger bien avant le revirement des bourses. Son retournement n'implique pas de prise d'action immédiate, mais il peut mettre l'analyste en état de "pré-alerte".

De tels indicateurs bâtis sur les statistiques de marché du NYSE et comparés au parcours du DJIA seront calculés à l'identique à partir de statistiques d'autres marchés (AMEX ou NASDAQ). Ils seront comparés aux parcours d'autres indices (Standard and Poors, NYSE Composite, Russell 2000...).

Si nous trouvons sur ces autres indices une confirmation des signaux de divergence décelés précédemment sur le Dow Jones, nous attacherons plus importance au signal que s'il était non-confirmé. La suite vous introduira à ces autres indices boursiers à la disposition des analystes.

Les principaux indices boursiers américains sont les suivants :

- Le Dow Jones Industrial Average est un indice non pondéré des trente valeurs les plus importantes en terme de capitalisation et de transaction cotées au NYSE.

- Le Dow Jones Transportation Average sera construit de la même manière avec vingt sociétés de transport (air et fer) cotées au NYSE .

Le Dow Jones Utility Average sera composé de quinze sociétés distributrices d'électricité ou d'eau. Enfin le Dow Jones Composite Average reprendra les 65 sociétés composant les indices précédents.

L'indice Composite du New York Stock Exchange est un indice pondéré par la capitalisation boursière de toutes les valeurs cotées sur le marché (plus de 1500 titres) .

Cet indice est ventilé en quatre indices secteurs : les Industrielles (1100 valeurs), les "Transports" (51 valeurs), les Services Publics ou "Utilities" (172 valeurs) et les Financières (206 valeurs).

L'indice Standard and Poors 500 est composé de 500 grandes valeurs choisies dans 90 secteurs. Il est en fait décomposé en quatre catégories principales : les Industrielles, les Transports, les "Utilities" et les Financières. Ces valeurs sont essentiellement choisies parmi les actions du NYSE mais depuis 1976 la société Standard and Poors a ajouté des valeurs de l'AMEX (America1 Stock Exchange) et de l'OTC (Over The Counter ou NASDAQ). C'est un indice pondéré par la capitalisation boursière. Cet indice fait l'objet d'une cotation à terme (FUTURE) au Chicago Mercantile Exchange (CME).

Un autre indice, le Standard and Poors 100, qui reprend les 100 premières valeurs du Standard and Poors 500 (les BLUE CHIPS) sera aussi coté au CME et servira de support de contrats d'options (OEX) cotées au Chicag Board Option Exchange (CBOE).

Les indices NASDAQ seront formés uniquement de sociétés cotées sur l’OTC. Nous aurons quatre indices : OTC Composite, Industrielles, Assurances et Banques.

Des indices divers à base plus large: le Wilshire 5000, le Russel 1000, le Russel 2000 et le Russel 3000 suivront des valeurs de plusieurs bourses : les trois précédentes (NYSE,AMEX,OTC) ainsi que les bourses régionales (Philadelphie, San Fransisco ... ).

La lecture comparative de plusieurs indices largement utilisés pour un même marché permet d'avoir confirmation du degré de force d'une tendance. Une convergence entre le DJIA de trente blue chips et un indice à base large comme le NYSE COMPOSITE (3000 valeurs) éclairera l'analyste sur la Breadth, la participation, des valeurs secondaires à un rallye des Blue Chips. Une divergence entre les deux indices dévoilera l'étroitesse, la faiblesse, d'un mouvement de hausse ne portant que sur quelques valeurs vedettes.

Par exemple, les 9 premiers mois de 1988 ont vu de nouveaux sommets sur le DJIA non confirmés sur l'A/D line. De plus, l'évolution des cours du DJIA a été moins bonne que le parcours d'un indice comme le Value Line (Value Line Composite Index) composé de 1700 valeurs dont des titres cotés sur l'OTC (OTC ou Over The Counter est le troisième marché américain, appelé NASDAQ où sont cotées des sociétés de moindre envergure que sur le NYSE ou sur AMEX). De ces études de breadth, l'analyste tire un diagnostic global sur le marché de New York plus réservé que celui qu'il eût tiré de l'étude d'un seul indice comme le Value Line Composite (1700 valeurs) qui a fait un beau parcours au premier semestre 1988.

Un diagnostic de momentum est donc plus ou moins délicat à tirer suivant la plus ou moins forte convergence de réponses des indicateurs suivis.


Sommaire : Analyse technique

Chatroom